L'ECMV

2019

78 Victoires individuelles
28 Prix d'équipe
16 Titres
>>Le palmarès 2019 de l'ECMV

Palmarès de 2018

65 Victoires individuelles
40 Prix d'équipe
18 Titres

 

1er club cycliste d'Essonne et 3ème d'Ile de France en 2017. Retrouvez toutes les infos, tous les résultats, toutes les photos des coureurs et de la vie de l'Entente Cycliste Montgeron Vigneux.

2018 :  LABELLISATION DE NOTRE ÉCOLE VÉLO par la FÉDÉRATION FRANÇAISE DE CYCLISME

L'actualite De L'ecmv

Notre Club

8 septembre 2019 7 08 /09 /septembre /2019 20:56
Nos féminines à la course des " Demois'elles" !Nos féminines à la course des " Demois'elles" !

Au départ chez les Pass Cyclisme nous avions Priscillia FONTAINE et Sandra REMY, pas de place mais elles finissent la course !

Nos féminines à la course des " Demois'elles" !

Chez les cadettes, Eloane était notre représentante, elle fini la course !

Nos féminines à la course des " Demois'elles" !
Nos féminines à la course des " Demois'elles" !

Et enfin chez les Ecole de vélo, plus précisément chez les poussinnes, Eva finie 2ème !

8 septembre 2019 7 08 /09 /septembre /2019 20:36

‌Bonjour a tous.
Je suis un peu en retard pour l'article mais "vieux motard que jamais"!!
Le 11 Août 2019 Guillaume avait rendez vous a St Flour dans le très beau département du Cantal
pour participer à l'édition 2019 de l'Etape Sanfloraine une cyclo sportive.
Trois parcours 146kms, 109kms, 57 kms Guillaume avait choisis le 109 kms, "les Gorges de la Truyère".
Joli parcours de la ville basse de St Flour avec la descente au pied du Viaduc de Garabit puis la montée 
sur Chaudes Aigues et enfin la descente vers le pont de Tréboul qui enjambe la Truyère la remontée vers les monts du Cantal par Pierrefort, Cézens et le retour vers la ville basse de St Flour, et pour le final la longue montée sur la ville haute de St Flour !
317 valeureux guerriers en terminent Guillaume, qui finit après 4:11' à une belle 165e place.
Et surprise, avec la présence de champions de l'ECMV Jean LEPINE (146eme 4:04') et François NICOLLE (234eme4:29'), sans oublier Paul MANGEMATIN des Cheminots Villeneuvois (233eme 4:29')
Un immense bravo à eux quatre, les circuits du Cantal sont très exigeants pour les cyclistes!
Un très bon repas offert par l'organisation a clôturé cette magnifique journée!

Christian ORSAL. 

L'ECMV à la Sanfloraine 2019
L'ECMV à la Sanfloraine 2019L'ECMV à la Sanfloraine 2019
7 septembre 2019 6 07 /09 /septembre /2019 19:07

La course des championnats du monde master Gran Fondo 45-49 ans à Poznan en Pologne !

Un long voyage pour une belle course...

Vous vous rappelez la course qualificative en avril sur un parcours vallonné de 150 kms. Je le savais à l'avance mais le championnat du monde est prévu sur un parcours très plat de 152 kms. Je sais que je ne serais pas à mon avantage étant donné mon gabarit longiligne et léger 😊.
Pour des raisons de logistique, je suis parti en voiture pour 1200 kms à l'aller en faisant escale en Allemagne. Trop de matériel à transporter pour aller en avion : plusieurs paires de roues, de la nourriture de « sportif » pour conserver une alimentation adaptée...
La course étant le dimanche matin, je suis arrivé à Poznan le vendredi après-midi.
Vendredi, je me suis décontracté les jambes en faisant 25 kms tranquille et en reconnaissant le début du circuit. On en profite le soir pour faire la cérémonie d'ouverture avec la présentation non officielle des différents pays présents sur la course : 46 nationalités différentes sont attendues. Je récupère mon package avec mon dossard, les puces, les goodies. On sera 232 dans ma course des 45-49 ans dont 9 français. Les plus nombreux sont de loin les Anglais. Cela est l'équivalent d'un peloton du tour de France donc ça être nerveux et des chutes sont à prévoir ☹
Samedi, c'est une journée clé avec le matin la reconnaissance du lieu où je serais ravitaillé par l'assistance logistique. Le ravitaillement aura lieu au 103 ème kilomètre dans une zone où la vitesse n'est pas trop élevée pour récupérer des bidons et potentiellement de la nourriture. L'après-midi, je décide de reconnaître le début du parcours et la fin du parcours avec d'autres coureurs de l'équipe de France de ma catégorie mais aussi d'autres catégories. Je vais croiser Jeannie Longo (qui court chez les femmes dans la tranche d'âge 60-64 ans) mais aussi des coureurs du monde entiers.

La course ...

Le départ est prévu toutes les 7 minutes par catégorie d'âge donc je partirais à 9h21 derrière les 40-44 ans.
Pour un départ à 9h21, je me lève à 6 heure du matin pour m'alimenter bien avant la course. Petit déjeuner avec 2 kiwis, 3 bananes, des fruits secs et un thé.
Sur place vers 7 h 30, je vais faire 10 kms d'échauffement puis essayer de ma placer au mieux dans le SAS de départ afin de ne pas être trop en queue de peloton. La notion de SAS me parle 😊.
Avec d'autres français, on échange différentes informations sur le parcours, le placement, l'expérience des différentes courses, la gestion de l'effort. Enfin on reste concentré. Pendant l'attente dans le sas de départ, je me suis fait contrôler mon vélo par un membre de l'UCI que ce n'était pas un vélo électrique avec assistance 😊. Plusieurs coureurs me demandent qui est le sponsor SAS sur mon maillot. Je leur dis que c'est ma société qui m'a payé c maillot de l'équipe de France customisé. J'ai de la chance 😊.
Juste avant le départ, je pense à un ami que devrait être avec moi dans cette course mais qui a eu un accident cardio vasculaire 3 mois plus tôt et qui dois arrêter le vélo. Il a été champion de France Master en 2015. Je vais rouler fort pour lui.
9h21 : le départ est donné, je suis en milieu de peloton donc moyennement placé mais presque impossible de remonter en tête car la vitesse est proche de 50 km/h et on est très proche. On sent que c'est nerveux car la chute peu arriver à tout moment. Je suis prudent et ne prends aucun risque. Les 15 premiers kilomètres vont s'effectuer à une moyenne de 45 km/h sur une longue ligne droite.
Au bout de 20 kms, certains ne peuvent plus soutenir le rythme élevé dans des petites routes sinueuses. Il faut être bien placé pour ne pas subir les trous dans le peloton. Tout se passe bien pour moi, je ne suis pas forcément bien placé mais les jambes sont là.
A 50 kms, grosse chute devant moi mais j'ai le temps de freiner et je dois passer dans le bord (dans l'herbe). Je suis à l'arrêt et le peloton s'est cassé en 2 parties. Tout de suite, on doit le reprendre et donc on va faire 5 kms à forte allure pour revenir dessus. On est moins de 10 à revenir sur le peloton. Les autres ne reviendront jamais.
A 60 kms, grosse « bordure » (qui signifie que le vent fort souffle de côté) et on est tous en file indienne pour se protéger. Mal placé à ce moment, le peloton de casse en plusieurs parties et là je me sens piégé. Je fais un effort ultime avec 10 autres coureurs mais impossible de revenir. On est à 200 m du peloton mais impossible de revenir. A ce moment-là, j'ai compris que le top 10 n'étais plus possible ☹.
Je vais ensuite gérer ma course le mieux possible. L'entente dans le groupe n'est pas super donc la moyenne chute. Dans ce petit groupe, on est tous de nationalités différentes : polonais, Russe, espagnol, Italien, tchèque, suédois, anglais...On parle un peu mais certains ne sont pas satisfaits de l'allure donc il y a quelquefois des attaques.
A 15 kms de l'arrivée, le rythme s'accélère car on va rouler à 42 kms/h de moyenne. On rattrape même d'autres groupes de lâchés. On sent que l'arrivée est proche. A 2 kms, je décide d'attaquer et de m'échapper de ce peloton de 50 personnes. Pas possible, un polonais et un russe ramène le peloton.
Il reste 1 kilomètre. Je suis en 4 ème position car je sais que c'est très nerveux et que le sprint approche. La vitesse accélère et je sens que les jambes chauffent. A ce moment là un italien à côté de mois fait un écart et c'est la chute. Il entraînera au moins une autre cycliste. Je ne me retourne pas et j'appuie à fond sur les pédales. Je franchis la ligne en 3 ème position de mon groupe.
C'est fini. Je suis un peu fatigué et je reprends mon souffle 15 minutes.

Les performances...
Je finis 90 ème sur 232 avec 39,3 km/h de moyenne sur les 150 kms soit 3 h 49 minutes. Globalement je suis satisfait de ma performance et j'ai évité les chutes. Cependant, je sais que mon placement dans le peloton est la raison d'avoir été lâché trop tôt à 60 kms de course. J'ai encore beaucoup à apprendre.
Les meilleurs ont fait 42 km/h de moyenne.
Résumé de ma course sur Strava (en dessous).

Remerciements ...
- Je remercie SAS France qui m'a soutenu dans cette épreuve et qui m'a encouragé au quotidien depuis Avril.
- Je remercie ma famille qui permets de m'entraîner et qui me soutien dans ce sport.
- Je remercie mon Club de Montgeron qui me permet de m'améliorer au fil des saisons.
- Je remercie les différentes personnes qui me conseillent tout au long de l'année sur les stratégies de course, les méthodes d'entrainement....

La suite...

Faire une bonne fin de saison en gagnant le contre la montre par équipe de 2 avec mon fils 😊.
Sinon rendez-vous en 2020 pour des championnats à Vancouver, en 2021 en Serbie et en 2022 en Italie sur un terrain montagneux. Je choisis 2022 😊

Résumé du Championnat du Monde MASTER de Jean-Charles REMY
24 mai 2019 5 24 /05 /mai /2019 20:51

Un esprit d’équipe sur la course de Machault !
Nous l’avons eu ce prix d’équipe sur la course de Machault en départemental ! Certains diront que c’est parce que l’on était nombreux en D2, d’autres dirons que c’est de la chance. Pour nous c’est l’esprit d’équipe et la combativité que l’on a mis tout au long de la course qui nous a permis de hisser 2 coureurs dans l’échappée de 5 coureurs.
Oui en D2, on écrit au moins 100 conversations sur notre WhatsApp avant les courses mais cela permet de motiver et de rassembler tout le monde pour une cause commune : faire ressortir l’équipe et en même temps les individualités. 
Dans cette course tout le monde a lancé son attaque et souvent en solitaire. En termes de stratégie je ne sais pas si c’est le mieux mais en termes de combativité cela a montré aux autres équipes notre détermination à en découdre 
On s’est tout le temps retrouvé aux avant-postes pour contrer des attaques ou pour être dans les attaques.
J’ai été désigné pour écrire cet article et donc j’en profite pour remercier votre engagement et votre complicité à tous pour être aller chercher ce prix d’équipe hautement mérité.
Je suis maintenant certain que 10 D2 de l’ECMV soudés et solidaires sur une course  c’est l’équivalent de 20 autres coureurs normaux. Comme diraient certains 1+1 = 3 
Maintenant on veut la victoire individuelle de l’un de nous. Si on fait la même chose avec la même attitude, la gagne arrivera 
Jean-Charles REMY

Un bel esprit d'équipe pour nos Départementaux à Machault
Un bel esprit d'équipe pour nos Départementaux à MachaultUn bel esprit d'équipe pour nos Départementaux à Machault
1 mai 2019 3 01 /05 /mai /2019 09:57

Une qualification pour les championnats du monde master en Pologne !
Depuis le début de la saison à l'ECMV pas un moment de répit car j’enchaîne les courses en D2. Récemment, Sandra me demande si je ne veux pas faire un break en faisant une cyclosportive pendant notre semaine de vacances. On voit que le trophée Bourgogne est la seule épreuve en France pour la qualification pour les championnats du monde Master. Cela me fait sourire car je ne suis pas entraîné pour faire une course de 152 kms avec beaucoup d'étrangers qui viennent spécialement pour se qualifier. Enfin bon je m'inscris et on verra bien. On part donc à 3 avec André Giroux (Auber dans la cat. Des + 70 ans) et Sandra Remy pour cette épreuve. On retrouve également Olivier Richard (Team Peltrax dans la même cat. d'âge que moi) et Philippe Martinez (CCPP).

Nous voilà au départ avec Olivier pour les 152 kms avec 2200 m de dénivellation. On sent que certaines personnes semblent affûtées et j'aperçois Frédéric Froger (Coulommiers) au départ dans notre catégorie. Il commence à pleuvoir avec 8 °C seulement.

Le départ est lancé. Je ne suis pas bien placé car je suis dans le 2 ème sas de départ. Je fais les 2 premiers kilomètres à bloc dans la côte pour remonter au maximum afin d'être placé dans un bon groupe. Au bout de 10 kms, on reprend un groupe après de nombreux efforts mais je n'arrive pas à maintenir le groupe car trop d'efforts fournis. Ensuite pendant la course un groupe de 20 se forme et on restera ensemble jusqu'au 10 derniers kilomètres. Le rythme est assez soutenu dans le plat et je me sens mieux dans les ascensions où je garde des forces. La pluie fait son apparition avec vent de côté. Il fait froid et je suis trempé. Le groupe se disloque dans une côte et je sens que les jambes sont bien au rendez-vous. Jusqu'à la fin je ne baisse pas de régime et les jambes répondent. Pas de crampes, pas de réelle fatigue mais je suis content d'arriver.

Après un bon repas au chaud, je vois les résultats et la qualification. Je suis le dernier qualifié de ma catégorie derrière de nombreux étrangers (Italiens et Belges venus en nombre).

Me voilà qualifié pour aller à Poznan en Pologne pour faire la course grandfondo master 45-49 ans avec le maillot bleu-blanc-rouge (le 1 er septembre 2019). On va y aller en famille pour une expérience unique que je n'aurais peut-être pas l'occasion de refaire donc go....

Jean-Charles REMY

Un montgeronnais au Championnat du monde Master en Pologne en Septembre !
Un montgeronnais au Championnat du monde Master en Pologne en Septembre !
Un montgeronnais au Championnat du monde Master en Pologne en Septembre !
28 juin 2018 4 28 /06 /juin /2018 15:36

Circuit de 1,6km à faire 45 fois soit 72km de course.

Après les différents hommages,le laché de ballon,la minute de silence en hommage à Mathieu le départ est donné à 20h30.

Le départ est plutôt rapide mes coèquipiers veulent faire le spectacle à domicile devant notre public Vigneusiens. 

Plusieurs primes et classements par points animes la course . Les relances font de plus en plus mal et le peloton s'étire.

A la moitié de la course la"bonne" échappéé prend forme avec 11 coureurs dont 3 coureurs du club Aurélien TARDIF , Hugo LEMELLE et moi même. 

L'entente entre les coureurs n'est pas très "bonne" , je décide d'organiser les relais avec Olivier NARI d'Arpajon mais personnes ne prends notre sillage , il reste alors 7 tours.

Le public pousse avec ses encouragements au bord de la route qui sont nombreux.

Nous arrivons à nous disputer la victoire et j'arrive à m'imposer à domicile en l'honneur de mon ami d'enfance Mathieu RIEBEL.

 Aurélien arrive à finir 3éme de la course et grâce à tout le collectif on remporte le PRIX d'EQUIPE.

On remercie la municipalité,le club et la famille de Mathieu pour cette belle organisation .

Rdv l'année prochaine .

Robin.

Nocturne de Vigneux-sur-Seine, 1er souvenir Mathieu RIEBEL
Nocturne de Vigneux-sur-Seine, 1er souvenir Mathieu RIEBELNocturne de Vigneux-sur-Seine, 1er souvenir Mathieu RIEBEL
Nocturne de Vigneux-sur-Seine, 1er souvenir Mathieu RIEBEL
17 décembre 2017 7 17 /12 /décembre /2017 18:17

Aujourd'hui avait lieu le cyclo cross de Bois Le roi...Laurent Corbeau termine 2ème, Christophe Malet 6ème. Laurent est leader au général dans sa catégorie du Challenge Régional, à une manche de la fin. Heddy est 5ème dans sa catégorie. A suivre !

Bois le Roi, cyclo cross...
Bois le Roi, cyclo cross...
Bois le Roi, cyclo cross...
Bois le Roi, cyclo cross...