L'ECMV

MAILLOT-2014-ecmv

2017

28 Victoires individuelles
11 Prix d'équipe
3 Titres

2016

48 Victoires individuelles
26 Prix d'équipe
20 Titres
>>Voir le Tableau d'honneur 2017

1er club cycliste d'Essonne et 5ème d'Ile de France en 2016. Retrouvez toutes les infos, tous les résultats, toutes les photos des coureurs et de la vie de l'Entente Cycliste Montgeron Vigneux.

24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 22:14

Avant de vous soumettre mon pitch en résumé de la première manche de VTT X Country de la coupe d'ile de France FFC Villeneuve sur Bellot, je tenais à passer ce message en mémoire aux femmes et hommes sportifs partis trop tôt dans ce tragique accident d'hélicoptère survenu il y a 2 semaine en Argentine : A Florence, sacrée bout de bonne femme au caractère entier, dans ce monde de marins, super championne des mers, à Camille, jeune super nageuse des bassins qui entamait sa nouvelle vie, à Alexis, puncheur des rings prêt à de nouveaux combats malgré les désillusions et les injustices de l'arbitrage... respect, tristesse pour l'ensemble des 10 victimes, pensées à leurs proches.

Revenons à nos vies, parfois difficiles tantôt plus légères : comme ce qui s'est passé ce dimanche 15 Mars en matière de vélo, je vais vous le conter sans GoPro et avec mes mots.

C'est sur la commune de Villeneuve-sur-Bellot (un des plus beaux villages Briard) du côté de Rebais au nord de Coulommiers, qui nous accueille sur ses sentiers et rivière (petit Morin) pour cette belle épreuve de VTT du 15 mars. Nous avons plaisir à retrouver depuis plusieurs années ce tracé exigeant mais c'est bien ça qu'on recherche de la technique dans la nature : de la bosse, de la boue (pas trop quand même), des singles tracks, des descentes, du fun quoi !!!

C'est sur les coups de 14h, d'une après-midi frisquette (7-8°C) que nous nous positionnons sur la ligne, toujours par catégorie, les Espoirs, Seniors et Master 1/2 devant pour 4 tours de 9km. Michel BOUTIN qui revient au vélo après un break, et à qui je souhaite plein de plaisir pour son retour et bravo de reprendre parmi les vététistes.

3 tours pour Raoul qui démarre cette saison en Master 5 et moi-même en Master 3/4 ne sont que les 3 représentants de l'ECMV (ça c'est pour passer le message aux autres cyclistes de l'ECMV : venez avec nous tenter l'aventure dans cette noble discipline qui procure tellement de satisfaction, «..You can get now...» !

Chaque vague se déploie et bientôt le compte à rebours nous concerne : dès le coup de sifflet je saute aux avant-postes car déjà se profile un coup de cul et instinctivement je me sens plus à l'aise à l'avant car l'allure va être dans quelques mètres moins rapides proportionnellement au dénivelé. Toujours engagé dans un holeshot je me retourne pour voir qui suit mon train et là personne, j'ai créé un trou de 20m et ça commence à monter, je n’entends pas un souffle, pas un dérailleur alors pas de quartier je change de vitesse et grimpe en souplesse un raidard : assis sur le bec de selle, « groupir » en avant si bien qu'en haut du talus j'ai creusé encore l'écart.

Je bascule sur une portion en bithume en descente tel un tremplin pour le prochain coup de cul dans la forêt qui se profile à 100m sur la gauche. Donc vous l'avez compris, là c'est regrimpette, un peu moins dure mais longue et technique car je roule sur des graviers instables sur 200m, ça dérape pas mal, mais une cadence régulière me permet de déjouer ces pièges.

Arrivé au sommet, je relance sur un faux-plat suivi d'un secteur roulant, puis une droite/gauche sur un sentier agricole qui me permettent d'accentuer mon avance.

Je m'engage bientôt dans une longue descente rapide à donf. avec sur le bas une constellation de caillasse à fleur de vaux. Tout en bas je négocie presque à l'arrêt un virage à gauche en épingle, j'avais freiné quand même avant sinon c'était un rhume assuré !

Relance dans un chemin forestier tout collant le long d'un ruisseau en contrebas.

Puis fut l'heure de faire trempette pour une traversée au gué ; toujours devant en solo, j'apprécie d'être passé selon ma trajectoire sans gêne d'une harde ! Le choc thermique et humide se réitère à 3 reprises, mais le plus pénible c'est le poids de nos pompes qui fissent éponges juste avant de remonter en poussette le raidillon.

En haut une section plate assez roulante sur 300m me permet de récupérer un peu. A gauche un coup de cul nous accueille car un regroupement s'opère avec 2 unités. Bon, je me laisse passer et « wagonne ». La suite se passe sur un plat d'1kilometre dans la plaine groupé et au train. Mais bientôt nous virons à gauche sur un chemin agricole en côte face au vent. Le revêtement est sec et irrégulier, cassant façon montagne-russe, et là l'échappée roule tantôt à gauche tantôt à droite pour éviter les ornières séchées par le vent d'ici, je fais l'élastique 2 fois, à la troisième je cède 10, puis 20m (me disant que dans la descente qui arrive je vais récupérer); un petit détour dans le technique dans la forêt en single track et la fin de la boucle se dessine. Plus que 2 segments plats et une traverse en aval où je reviens à bout touchant sur le duo. Il s'agit maintenant de rester au contact car les revenants ont de la ressource. Contester mon envol, même en y laissant quelques watt de part et d'autre ne suffit pas, je m'attends à une contre-attaque, la course est trop exigeante pour finir groupée.

Cela se vérifie dès le coup de cul du départ : 1 coureur de Noisy s'échappe de quelques mètres sur le haut en bithume. Je reste dans la roue du 2ème qui roule au train, on repart et s'élance sur la route, juste le temps de prendre une dosette de gel/malto entre 2 prises d'air, on revient un peu mais dans la côte c'est trompeur les distances raccourcissent et l'écart est bien là.

Après les passages à gué les positions restent les mêmes, mais arrivés dans la plaine je distingue à l'avant le fuyard que se détache. Je relaie de temps en temps sur le plat, me ravitaille car je prépare un contre dans le coup de cul face au vent celui ou j'avais tout à l'heure fait l'élastique.

Autant tenter quelque chose là où cela peut faire vraiment la différence! Donc après la plaine nous virons de nouveau sur la gauche, mais je ne n'attaque pas tout de suite car mon lièvre m'impose un train trop rapide pour passer. En danseuse sur le haut je passe et attaque mais il y a « répondance », c'est le jeu et ça se fit en force dans la descente, je cède est l'avantage revient à celui qui prends la trajectoire optimale, je me contente de suivre. Je garde le contact jusqu'au passage de la ligne.

Je tiens le rythme mais je dérape dans l’ascension du raidard qui suit la route goudronnée. Je suis contraint de pousser ma monture jusqu'en haut car repartir dans la bosse est trop compliqué. Naturellement mon compagnon de chasse en profite pour se faire la malle.

Je relance, malgré l'avoir en ligne de mire je ne parviens pas à revenir. Je ne renouvelle pas le bain de pied dans le passage à gué et traverse la section sur le vélo et enchaine le portage qui suit. Je rattrape dans la foulée D.CRENEL (le leader des Masters 5) qui suce ma roue. Dans un sursaut d'orgueil dans une côte j'attaque et ne lui laisse aucune chance de revenir dans la plaine. Je passe la ligne sans disputer de sprint puisque je finis isolé.

Finalement on me confirme une 4ème place, mais vu l'exigence du parcours et le choix de tenter ma chance dès le début de l'épreuve (sans y parvenir, hélas) me satisfait. Un peu étonné car je pensais avoir pointé tous les coureurs de ma caté à l'avant ; un coureur que j'ai pris pour un Senior s'est intercalé pendant la course, ce qui est un des aléas des départs communs. De bonnes sensations et du combat en perspectives pour les prochains rendez-vous.

Raoul fait 18 au scratch et 8 en M5 et Michel BOUTIN 14 en M1/2.

Laurent CORBEAU

Partager cet article

Repost 0
Publié par Entente Cycliste Montgeron Vigneux - dans VTT
commenter cet article

commentaires

Pardigon Serge 25/03/2015 09:05

Hey mon lolo tu passe ton brevet d'écrivain en parrallèle du vtt....
beau récit, va falloir que je passe te voir sur une manche pour t'encourrager car tu est toujours motivé.

Bises Serge